Antananarivo envahie

Comme presque dans toutes les grandes villes du monde, la capitale de Madagascar, Antananarivo est victime d’un exode rural massif. Le pire c’est que ce n’est pas rural mais il y a aussi les personnes provenant des autres régions, des comoriens, des chinois et des africains. Loin de nous l’idée d’un post ségrégationniste. Les français, eux se font plus discrets, on les rencontre surtout dans les restaurants huppés de la capitale et dans des cercles d’amis assez discret.

Suite aux précédents posts sur ce qu’il faut éviter à Antananarivo, nous allons ici ajouter quelques éléments d’actualités. Si vous pensez circuler dans le centre de la ville, si vous êtes en voiture, éviter de prendre l’axe Tsaralalàna – Soarano – Behoririka entre 9h30/10h à 18h. On perd facilement 30mn à une heure de son temps. L’idéal c’est de bifurquer à droite de l’Institut Français de Madagascar (IFM ex-Centre Culturel Albert Camus) et de remonter à Antaninarenina ou directement à Ambohijatovo et faire le tour. On perd autant de temps mais on se fait moins stressé par les embouteillage et les vendeurs ambulants.

Toujours dans le centre ville mais cette fois d’Ankorondrano vers l’Avenue de l’Indépendance et Ambohijatovo, il faut éviter de passer dans ce coin autour de 9h et 9h30. C’est l’heure à laquelle le Président de la Transition passe en général sur cette route et la circulation est coupé durant un bon moment.

Mais tout cela n’est qu’un détail. Le plus énnervant dans la capitale est l’accroissement des gens qui n’empruntent plus le trottoir. Normal car les trottoirs ont disparus sous les étalages improvisés des marchands de tout genre. Mais il y a de plus en plus de gens dans la rue, qui marchent là où les voitures doivent passer. Ces gens ignorent comment traverser et le font n’importe où, n’importe comment et à tout moment sans regarder les voitures qui vont et viennent, mais ils croient (et souvent ils ont raison) qu’ils sont prioritaires à tout moment et partout. Il faut dans ce cas avoir de bons klaxons.

Personnellement, j’aime bien circuler avant 7h du matin et après 19h30. La circulation est bien fluide et les gens ont miraculeusement disparu. On peut faire en dix minutes les trajets qu’on fait dans la journée en 45mn à une heure. C’est ça les heures de pointes. Bref, Antananarivo est une ville attachante si on sait s’y adapter. D’ailleurs, c’est surtout pour cela que ces paysans viennent.

Il y a quelques années, on m’avait parlé de passeport qui permettait de contrôler le flux de ces personnes provenant des régions et de la campagne. On pourrait les autoriser à venir le jour et repartir la nuit pour revenir le lendemain. Et pour des raisons de sécurité mais aussi pour des raisons de salubrité. Cf. La Réunion Kely…